Home | Introduction | What's Included | Products | More Info | FAQ's

La Faune du Québec Terres boisées noires

 
Caribou

La sous-espèce dite « caribou des bois » (Rangifer tarandus caribou) est la seule sous-espèce du caribou que l'on trouve au Québec. Toutefois, dans la province, on reconnaît trois écotypes de caribous selon le type d'habitat qu'il fréquente : toundrique, forestier, et montagnard. La population de caribous chassés au Québec est associée à l'écotype toundrique. L'écotype toundrique comporte deux troupeaux, soit le troupeau de la rivière Georges et le troupeau de la rivière aux Feuilles.
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom en inuktitut :
Nom commun anglais :
Renne, caribou migrateur
Rangifer tarandus
Tuttuk
Woodland Caribou, Reindeer

Selon la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du gouvernement du Québec, le caribou des bois, « écotype forestier » est désigné espèce vulnérable.

Identification
Longueur totale : 173 à 247 cm.
Hauteur à l'épaule : 104 à 140 cm.
Poids : mâle 121 à 250 kg; femelle 90 à 158 kg.
Coloration : Pelage brun avec face, pattes et dessus de la queue plus foncés; cou, crinière, ventre, croupe et dessous de la queue blanc crème.
Traits externes caractéristiques : Corps trapu avec fourrure longue et épaisse; pattes avec ergots proéminents et placés très bas; sabots très larges en forme de croissants (8 à 14 cm); museau très velu, large et tronqué; queue courte (13 à 23 cm) avec épais pelage; panache (jusqu'à 120 cm de longueur) habituellement porté par les deux sexes (plus développé chez les vieux mâles que chez les femelles et les jeunes mâles). Chez les mâles, les bourgeons veloutés apparaissent en mars et la croissance du panache se fait rapidement de mai à juillet. En septembre, le velours qui recouvre les bois tombe. Le panache est perdu entre janvier et février. Chez les femelles, la croissance du panache des femelles se fait environ six mois plus tard et il tombe après la mise bas, en mai ou juin. Le panache des jeunes apparaît dès le premier automne.
Habitat
Aire de répartition du caribou (Format PDF, 511 Ko)
Il habite la toundra arctique, la taïga subarctique et la forêt boréale de conifères et plus au sud, la toundra alpine et la forêt subalpine des régions montagneuses. Il fréquente la toundra en été et la forêt en hiver.
Diurne, il est principalement actif (alimentation) à l'aube et au crépuscule et se repose couché directement sur le sol ou la neige au milieu de la journée et la nuit.
Domaine vital : Non défini.
Grégaire et nomade, il se déplace constamment d'un pâturage à l'autre, parfois sur de très grandes distances (1 300 km) et forme selon les saisons des hardes de 10 à 50 individus du même sexe ou des troupeaux éparpillés regroupant 50 000 à 100 000 bêtes de sexes et d'âges différents. Les grands rassemblements surviennent à 3 principaux moments : avant la migration printanière; immédiatement après la mise bas; avant la migration d'automne et la période du rut.
Alimentation
En hiver, son alimentation repose principalement sur les lichens terrestres et arboricoles, mais il se nourrit également de prêles et de carex séchés et de ramilles de saules et de bouleaux. En été, sa diète est plus variée et se compose de tiges et racines de plantes herbacées, ramilles de plusieurs arbres et arbustes (saules, bouleaux, bleuets), champignons et fruits (faux-mûrier).
Les mâles se nourrissent peu pendant le rut.
Reproduction
Saison : Automne, septembre à novembre.
Mode : La maturité sexuelle est atteinte entre 18 et 30 mois. Afin d'attirer et de former un harem de 10 à 15 femelles, le mâle polygame brame, secoue les arbustes avec son panache et affronte les rivaux dans des rituels (entrecroisement des bois) généralement sans blessures. La gestation dure entre 227 à 230 jours et la mise bat d'un seul petit (rarement 2) survient en mai ou juin dans des terrains généralement rocailleux, accidentés et dépourvus d'arbres. Le jeune a un pelage ondulé fauve avec le ventre crème et le museau et le tour des yeux noirs. Il est très précoce, peut courir moins de 90 minutes après sa naissance, suivre le troupeau dans ses déplacements après quelques heures et brouter après 2 semaines. À un an, il accompagne parfois encore la femelle sur les terrains de vêlage.


 
Coyote
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom commun anglais :
--
Canis latrans
Coyote

Identification
Longueur totale : 114 à 141 cm.
Hauteur à l'épaule : 58 à 66 cm.
Poids : 9 à 23 kg (mâle légèrement plus gros).
Coloration : Pelage gris jaunâtre avec rayure dorsale noire; museau, revers des oreilles et pattes antérieures fauve; ligne verticale foncée sur le devant des pattes antérieures; gorge et ventre blancs; bout de la queue noir.
Traits externes caractéristiques : Museau effilé avec extrémité inférieure à 25 mm; oreilles grandes et pointues; pattes longues et élancées et pieds courts (longueur 17 à 22 cm; diamètre des coussinets plantaires des pattes postérieures généralement inférieur à 32 mm); queue très touffue (28 à 40 cm).
Comment différencier le coyote et le loup :
Le coyote a :
taille plus petite;
oreilles plus pointues;
largeur du bout du museau inférieure à 25 mm;
diamètre des coussinets plantaires des pattes postérieures généralement inférieur à 32 mm;
queue plutôt basse lorsqu'il court.
* Les chiens ou les hybrides chiens-coyotes ont un museau plus court et plus large, et n'ont pas de ligne verticale foncée sur le devant des pattes antérieures.
Le loup a :
taille plus grosse;
oreilles plus arrondies;
largeur du bout du museau de 25 mm ou plus;
diamètre des coussinets plantaires des pattes postérieures supérieur à 32 mm;
queue assez haute lorsqu'il court.
Habitat
Aire de répartition du coyote (Format PDF, 506 Ko)
Il habite des milieux variés: toundra alpine, jeunes forêts boréales et feuillues, champs, buissons, marais, régions broussailleuses et rocailleuses. Il est aussi fréquent en régions rurales et près des villes.
Actif toute l'année du crépuscule à l'aube (parfois le jour en été), il se repose directement sur le sol ou dans la neige, à l'abri de souches, arbres ou grosses pierres.
Domaine vital : 7 à 80 km2. Variable selon la saison, l'abondance de nourriture et le rang social. Solitaire, en paire ou petits groupes familiaux (3 ou 4 individus ou plus).
Alimentation
Son régime alimentaire est principalement constitué de mammifères (campagnols, souris, marmottes, porcs-épics, lièvres, lapins, ratons laveurs et cerfs), et parfois oiseaux, poissons, amphibiens, crustacés, insectes, fruits et charogne. Il s'attaque aussi aux animaux d'élevage (bovins, moutons, volailles). Il mange habituellement ses proies en entier et les enterre rarement pour plus tard.
Reproduction
Saison : Hiver à début printemps, février à avril
Mode : La taille adulte est atteinte dès 1 an, mais la maturité sexuelle seulement vers 2 ans. Un mâle et une femelle forment un couple pour plusieurs années, mais pas obligatoirement pour toute la vie. La gestation dure entre 60 et 66 jours. La femelle met bas, en avril ou mai, dans un terrier qu'elle creuse avec ses pattes antérieures dans une pente broussailleuse, un fourré ou à partir du terrier abandonné d'un autre mammifère. Cette tanière, dont l'entrée est souvent dissimulée par un arbre, une souche ou un buisson, est composée d'un tunnel de 30 cm de diamètre et de 1,5 à 7,5 m de long avec une chambre de 1 m de diamètre tapissée d'une litière très sommaire ou absente. Ne servant qu'à l'élevage des petits, le même terrier est utilisé pendant plusieurs années et parfois par deux femelles simultanément. Les petits, au nombre de 1 à 8 (en moyenne 5 à 6), naissent aveugles et sans défense. Ils ouvrent les yeux vers 12 à 16 jours, mangent la nourriture régurgitée par les parents à partir de 3 semaines, sont sevrés vers 5 à 7 semaines et accompagnent les parents dans de courtes excursions vers deux mois.



 
Cerf de Virginie
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom commun anglais :
Chevreuil, chevreuil de Virginie, cariacou
Odocoileus virginianus
White-tailed Deer

Identification
Longueur totale : 160 à 215 cm.
Hauteur à l'épaule : 90 à 120 cm.
Poids : mâle 85 à 170 kg; femelle 57 à 113 kg.
Coloration : Pelage brun rougeâtre en été et gris-brun en hiver; queue brune sur le dessus avec large frange et dessous blancs.
* Il communique à l'aide de sa queue. Par exemple, il la relève comme un drapeau blanc lorsqu'il est aux aguets ou qu'il court.
Traits externes caractéristiques : Corps élancé; pattes minces avec petits ergots placés très hauts; sabots étroits et pointus (5 à 7 cm); queue longue (15 à 36 cm) à large base; panache (jusqu'à 76 cm de longueur) généralement porté par les mâles.
* La croissance du panache débute en avril et se poursuit jusqu'en août. En septembre, le velours qui recouvre les bois tombe. Le panache est perdu en décembre pour les plus vieux individus et en janvier ou février pour les plus jeunes. Il est faux de croire que le nombre d'embranchements (andouillers ou cors) du panache indique l'âge de l'animal. La pousse et l'usure des dents sont des indicateurs plus fidèles.
Habitat
Aire de répartition du cerf de Virginie (Format PDF, 484 Ko)
Il habite les lisières, clairières et éclaircies des forêts de feuillus et des forêts mixtes, les champs abandonnés et vergers, le bord des marais, cours d'eau et marécages couverts de thuyas.
Se déplaçant principalement à l'aube, au crépuscule et au début de la nuit, il passe souvent le reste de la journée à se reposer ou à ruminer allongé dans les feuilles, l'herbe ou la neige laissant une légère dépression ovale à son lever.
Domaine vital : 20 à 150 hectares.
Plutôt solitaires en été (femelle avec ses petits; mâle seul ou par groupe de 2 à 4), ils forment des « ravages » dans les peuplements de conifères en hiver, particulièrement lorsque la neige est épaisse, où ils se regroupent en troupeaux de quelques dizaines à plusieurs centaines d'individus et tracent des réseaux de sentiers.
Alimentation
En été, il se nourrit de feuilles et ramilles de plantes herbacées, arbustes et arbres ainsi que de fruits et de champignons.
En hiver, il broute bourgeons et ramilles de thuya, vinaigrier, érable à épis, érable de Pennsylvanie, érable rouge, cornouiller, sorbier, cerisier, peuplier, noisetier, saule, chèvrefeuille, tilleul, if, pruche, sapin et aussi lichens arboricoles.
* Tandis que le lièvre coupe nettement les ramilles en biseau avec ses incisives supérieures et inférieures, le cerf pince et déchire les ramilles entre son palais et ses incisives inférieures laissant une marque distinctive sur les arbustes et les arbres.
Reproduction
Saison : Automne, octobre à novembre.
Mode : La première reproduction a le plus souvent lieu vers 18 mois pour les deux sexes, même si plusieurs femelles sont matures dès 6 ou 7 mois. Afin d'attirer les femelles, les mâles en rut brament (cris), urinent et grattent le sol avec leurs sabots, secouent les arbustes avec leur panache et les marquent avec leur salive et leurs glandes et combattent les rivaux dans des rituels généralement sans blessures. Le mâle reste avec la même femelle pendant plusieurs jours ou semaines après l'accouplement, mais par la suite se reproduit avec d'autres femelles au cours d'une même saison. La gestation dure entre 195 à 212 jours et la mise bat de 1 à 3 petits (très souvent 2) survient en mai ou juin dans une clairière couverte de hautes herbes ou fougères. Les jeunes ont un pelage roux clair tacheté de blanc sur les flancs et le dos jusqu'à 5 mois. Ils ne dégagent aucune odeur pendant leur première semaine de vie, restent cachés le premier mois et ensuite peuvent suivre la mère dans ses déplacements. Ils sont sevrés vers 4 mois, mais accompagnent leur mère pendant près d'un an.



 
Loup
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom en inuktitut :
Nom commun anglais :
Loup des bois
Canis lupus labradorius et Canis lupus lycaon
(Classement taxonomique non définitif )
Amaruk
Gray Wolf, Timber Wolf
sorte timberland støvler for mennHEIGHT= 16 WIDTH="502">

Identification
Longueur totale : 159 à 165 cm.
Hauteur à l'épaule : 66 à 97 cm.
Poids : 18 à 42 kg (mâle plus gros).
Coloration : Pelage blanc à noir, généralement gris cendré; bout de la queue noir.
Traits externes caractéristiques : Museau effilé avec extrémité de 25 mm ou plus; oreilles arrondies; pattes longues et pieds forts (longueur 26 à 29 cm; diamètre des coussinets plantaires des pattes postérieures supérieur à 32 mm); queue longue et touffue (39 à 48 cm).
Comment différencier le coyote et le loup :
Le coyote a :
taille plus petite;
oreilles plus pointues;
largeur du bout du museau inférieure à 25 mm;
diamètre des coussinets plantaires des pattes postérieures généralement inférieur à 32 mm;
queue plutôt basse lorsqu'il court.
* Les chiens ou les hybrides chiens-coyotes ont un museau plus court et plus large et n'ont pas de ligne verticale foncée sur le devant des pattes antérieures.
Le loup a :
taille plus grosse;
oreilles plus arrondies;
largeur du bout du museau de 25 mm ou plus;
diamètre des coussinets plantaires des pattes postérieures supérieur à 32 mm;
queue assez haute lorsqu'il court.
Habitat
Aire de répartition du loup (Format PDF, 507 Ko)
Son habitat est très varié: toundra arctique, forêt subarctique, forêt boréale, forêt mixte.
Surtout actif la nuit, il se repose le jour couché directement sur le sol ou la neige, enroulé sur lui-même.
Domaine vital : 39 km2 à plus de 13 000 km2. Le loup vit habituellement en meute, rarement seul. La bande, hautement hiérarchisée, est composée de 5 à 8 individus, parfois plus, autour d'un mâle dominant. À l'intérieur de son territoire, la meute à un site de repos et de rassemblement avant la chasse, dans une petite clairière près d'un point d'eau, d'où partent plusieurs sentiers marqués d'urine et d'excréments.
Alimentation
Le régime alimentaire du loup se compose principalement de gros mammifères: cerf, orignal, caribou. En été, il se nourrit aussi de petits mammifères (lapins, lièvres, marmottes, castors, souris), et parfois oiseaux, poissons, insectes et petits fruits complètent sa diète. Il s'attaque rarement aux animaux d'élevage et encore moins à l'homme.
Le loup, prédateur rusé mais souvent moins rapide que ses proies, chasse en bande les animaux très jeunes, âgés, malades ou ceux dont les déplacements sont gênés par la neige ou la glace. Il enterre parfois des restes de carcasses pour plus tard, mais s'intéresse rarement à la charogne.
Reproduction
Saison : Hiver, février et mars.
Mode : La maturité sexuelle est atteinte vers 2 ou 3 ans. Un mâle et une femelle forment un couple généralement pour la vie. La gestation dure 63 jours. La femelle met bas, en avril ou mai, dans des endroits très variés : dans un tronc creux, sous une souche, sous une corniche rocheuse, dans une caverne, dans une hutte de castor abandonnée, dans une tanière creusée sur un monticule ou à partir du terrier abandonné d'une marmotte ou d'un renard. Cette tanière est composée d'une entrée de 36 à 67 cm de largeur par 31 à 50 cm de hauteur révélée par un amas de terre, d'un tunnel de 2 à 9 m de long et d'une chambre de 1 m de diamètre sur un sol sec et battu. Les petits, au nombre de 1 à 14 (en moyenne 5 à 7), naissent aveugles et sans défense. Ils ouvrent les yeux vers 11 à 15 jours, mangent la nourriture régurgitée par les parents à partir de 3 semaines et sont sevrés vers 5 à 8 semaines. La femelle reste continuellement avec les jeunes pendant les deux premiers mois et les autres membres de la meute leur apportent la nourriture. Ensuite, les jeunes sont transportés au lieu de rassemblement de la bande et vers 5 mois accompagnent la meute à la chasse.


 
Gélinotte huppée











Male :

Femelle :
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom commun anglais :
Perdrix
Bonasa umbellus
Ruffed Grouse

Identification
Taille moyenne : 40 à 48 cm (poids moyen: mâle 621 g; femelle 532 g).
Coloration : Deux formes existent que l'on distingue surtout par la couleur de la queue. Forme rousse (plus fréquente dans le Sud): plumage Cryptique (Cryptique : qui a pour effet de dissimuler un ann : Qui a pour effet de dissimuler un animal lorsqu'il est dans son milieu naturel.]"cryptique brun-roux; collerette noire; queue barrée rousse avec large bande noire presque à son extrémité. Forme grise (plus fréquente dans le Nord): plumage cryptique gris-brun; collerette noire; queue barrée grise avec large bande noire presque à son extrémité.
Traits externes caractéristiques : Bec court et fort; petite huppe; collerette apparente lors du tambourinage, de la parade nuptiale et en présence d'un danger; narines emplumées; ailes courtes et arrondies; pattes partiellement emplumées; queue en éventail.
Comment différencier le mâle et la femelle :
En général, le mâle est plus gros que la femelle et les plumes de sa collerette et de sa queue sont plus longues. La coloration du plumage est sensiblement la même pour les deux sexes, sauf quelques subtiles différences qui permettent d'identifier le sexe de l'oiseau par un examen attentif.
Mâle :
deux ou trois taches en forme de coeur sur les plumes du croupion;
bande noire continue près du bout de la queue.

Femelle :
aucune ou une seule tache en forme de coeur sur les plumes du croupion;
bande noire discontinue près du bout de la queue (les deux plumes du centre de la queue n'ont pas de bande noire bien définie à leur extrémité).
Habitat
Aire de répartition de la gélinotte huppée (Format PDF, 505 Ko)
Elle habite les forêts feuillues et mixtes: lisières des forêts, clairières, ravins, rives des cours d'eau bordés d'aulnes ou de saules, vergers abandonnés, sites perturbés.
Active le jour en été, elle se tient généralement sur le sol et effectue de courts vols rapides pour fuir et se percher dans les arbres. En hiver, elle est principalement active à l'aube et au crépuscule lors de l'alimentation et s'abrite dans les conifères ou sous la neige pour se protéger des intempéries et des prédateurs le reste de la journée.
Domaine vital : Moins de 100 ha; territoire d'accouplement du mâle 6,7 ha.
Elle est sédentaire et la plupart du temps solitaire. En hiver, elle se nourrit seule ou en petits groupes dans les arbres.
Alimentation
En hiver, sa diète est principalement composée de bourgeons de peuplier, bouleau, érable et vinaigrier et de fruits de viorne, sorbier, cerisier, houx et hêtre à grandes feuilles. En été, elle s'alimente, surtout sur le sol, d'herbacées, fruits et champignons. Les jeunes s'alimentent par eux-mêmes d'insectes et de limaces dès qu'ils quittent le nid.
Reproduction
Saison : Printemps.
Mode : Elle peut se reproduire dès l'âge de 1 an. Le mâle s'accouple avec plusieurs femelles. La femelle a généralement une couvée par année, mais peut en avoir une seconde si la première est détruite en début d'incubation. Placé sur un tronc d'arbre couché sur le sol souvent recouvert de mousse ou sur un rocher, le mâle tambourine pour défendre son territoire et attirer les femelles. Il hérisse collerette et huppe, étale la queue et bat des ailes pour produire des sons sourds, d'abord espacés, puis se rapprochant en un vrombissement (semblable à un moteur qui démarre au loin, puis se rapproche). Le mâle parade devant la femelle queue en éventail et collerette déployée. La femelle construit un nid simple composé d'un tapis de feuilles et de quelques plumes situé dans une légère dépression du sol, au pied d'un arbre, d'une souche, d'un rocher ou d'un bosquet. Elle pond entre 10 à 19 (généralement 10 à 14) oeufs de 39 mm de longueur et de couleur chamois, parfois tachetés de points bruns. L'éclosion survient après 21 à 24 jours. Les jeunes et la femelle quittent le nid après moins de 24 heures, mais restent ensemble jusqu'à l'automne. À l'âge de 10 jours, les jeunes peuvent faire de courts vols pour fuir les dangers. La femelle défend farouchement sa couvée en sifflant et en feignant une aile cassée. Le mâle ne procure aucun soin parental.


 
Lagopède alpin
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom en inuktitut :
Nom commun anglais :
Lagopède des rochers
Lagopus mutus
Agiggiq
Rock Ptarmigan

Identification
Taille moyenne : 33 à 40 cm (425 g).
Coloration : Plumage Cryptique : Qui a pour effet de dissimuler un animal lorsqu'il est dans son milieu naturel.]"cryptique selon la saison.
En été : plumage tacheté de noir, brun foncé, gris brun et chamois; ailes et pattes blanches; queue noire. Le mâle a le ventre plus blanc et les caroncules des yeux plus rouges que la femelle.
En hiver : plumage blanc; queue noire. Le mâle a un mince bandeau noir de part et d'autre de l'oeil. Plumage en mue rapiécé de blanc.
Traits externes caractéristiques : Bec court et fort; narines emplumées; ailes courtes et arrondies; pattes entièrement emplumées.
Comment différencier le lagopède des saules et le lagopède des rochers :
* Les femelles sont difficiles à distinguer.
Le lagopède des saules a:
plumage d'été du mâle plus roux;
absence de bandeau noir de part et d'autre de l'oeil chez le mâle en hiver;
taille et poids plus forts;
bec plus large et plus robuste (principal critère pour les femelles);
plumage nuptial plus précoce (plumage rouille sur la tête, le cou et la poitrine du mâle pendant la pariade et la ponte);
préférence pour un habitat plus humide et plus broussailleux à la pariade.
Le lagopède alpin a :
plumage d'été du mâle sans teinte rousse;
mince bandeau noir de part et d'autre de l'oeil chez le mâle en hiver;
taille et poids plus petits;
bec moins large et moins robuste (principal critère pour les femelles);
plumage nuptial plus tardif (plumage du mâle blanc pendant la pariade et la ponte et plumage d'été à partir de l'incubation);
préférence pour un habitat plus sec, rocailleux et plus dénudé à la pariade
Habitat
Aire de répartition du lagopède alpin (Format PDF, 508 Ko)
Il habite dans la toundra arctique. En hiver, il peut également migrer au sud de la limite des arbres, dans la taïga et la forêt boréale.
Lors de la reproduction, il recherche les pentes assez prononcées des terrains secs, rocheux et dénudés de la toundra et des régions alpines.
Domaine vital : Non défini. Importantes migrations hivernales. Territoire d'accouplement du mâle variable (0,05 à 2,6 km2).
Grégaire en hiver (regroupement de centaines d'individus), il devient territorial et forme des couples lors de la reproduction.
Alimentation
Son régime alimentaire est varié, mais se compose surtout de bourgeons et feuilles de saules et bouleaux glanduleux. En été, il se nourrit aussi de feuilles et fleurs de plantes herbacées (dryades, prêles, saxifrages, bleuets), fruits (bleuets et camarine) et graines.
Reproduction
Saison : Printemps.
Mode : La première reproduction survient dès l'âge de 1 an. Le mâle devient plus agressif, effectue des parades spectaculaires en vol ou sur des rochers, des vocalises et établit son territoire. Généralement monogames, le mâle et la femelle forment un couple qui se défait vers la fin de l'incubation. La femelle construit un nid (dépression sur le sol ou dans la mousse, tapissée de végétation et de plumes, dissimulée par des touffes d'herbes, des roches ou des monticules de mousse) à l'intérieur du territoire du mâle. Elle pond entre 3 et 13 (généralement 6 à 9) oeufs de 42 mm de longueur et de couleur blanc crémeux à chamois avec plusieurs points et taches brun foncé. Il peut y avoir une deuxième couvée, généralement plus petite, si la première est détruite tôt en saison. L'éclosion survient après 20 à 26 jours d'incubation par la mère. Les jeunes, très développés, quittent le nid après moins de 24 heures et peuvent faire de courts vols pour fuir les dangers à l'âge de 10 à 12 jours. La femelle élève les jeunes pendant 10 à 12 semaines. Le mâle participe peu aux soins parentaux.


 
Lagopède des saules
Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom commun anglais :
Perdrix blanche
Lagopus lagopus
Willow Ptarmigan

Identification
Taille moyenne : 36 à 43 cm (poids moyen: mâle 601 g; femelle 516 g).
Coloration : Plumage Cryptique : Qui a pour effet de dissimuler un animal lorsqu'il est dans son milieu naturel.]"cryptique selon la saison.
En été: plumage tacheté de noir, brun foncé, gris brun et chamois; ailes et pattes blanches; queue noire. Le mâle a la tête, le cou et la poitrine teintés de roux; ventre plus blanc et caroncules des yeux plus rouges que la femelle.
En hiver: plumage blanc; queue noire. Plumage en mue rapiécé de blanc.
Traits externes caractéristiques : Bec court et fort; narines emplumées; ailes courtes et arrondies; pattes entièrement emplumées.
Comment différencier le lagopède des saules et le lagopède des rochers :
* Les femelles sont difficiles à distinguer.
Le lagopède des saules a:
plumage d'été du mâle plus roux;
absence de bandeau noir de part et d'autre de l'oeil chez le mâle en hiver;
taille et poids plus forts;
bec plus large et plus robuste (principal critère pour les femelles);
plumage nuptial plus précoce (plumage rouille sur la tête, le cou et la poitrine du mâle pendant la pariade et la ponte);
préférence pour un habitat plus humide et plus broussailleux à la pariade.
Le lagopède alpin a :
plumage d'été du mâle sans teinte rousse;
mince bandeau noir de part et d'autre de l'oeil chez le mâle en hiver;
taille et poids plus petits;
bec moins large et moins robuste (principal critère pour les femelles);
plumage nuptial plus tardif (plumage du mâle blanc pendant la pariade et la ponte et plumage d'été à partir de l'incubation);
préférence pour un habitat plus sec, rocailleux et plus dénudé à la pariade
Habitat
Aire de répartition du lagopède des saules (Format PDF, 509 Ko)
Il habite la toundra arctique à végétation broussailleuse, basse et dégagée sur sol humide: fourrés d'aulnes, de saules, de bouleaux. En hiver, il peut également utiliser les basses-terres des vallées abritées au sud de la limite des arbres, dans les arbustaies près des lacs et rivières et dans les clairières des forêts. Parfois aussi, il migre sur de grandes distances jusqu'en Abitibi, dans le nord des Laurentides, au nord du Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord.
Domaine vital : Non défini. Importantes migrations hivernales. Territoire d'accouplement du mâle 2,8 à 8,1 ha.
Grégaire en hiver, il devient territorial et forme des couples lors de la reproduction.
Alimentation
Son régime alimentaire est varié, mais se compose surtout de bourgeons et feuilles de saules et bouleaux glanduleux. En été, il se nourrit aussi de feuilles et fleurs de plantes herbacées (dryades, prêles, saxifrages, bleuets), fruits (bleuets et camarine) et graines.
Reproduction
Saison : Printemps.
Mode : La première reproduction survient dès l'âge de 1 an. Le mâle devient plus agressif, effectue des vols rituels, des vocalises rauques et établit son territoire dans la végétation broussailleuse plus basse que le niveau de ses yeux et sur un sol humide. Généralement monogames, le mâle et la femelle forment un couple qui parfois peut durer plus d'une saison. Une danse nuptiale précède la copulation. La femelle construit un nid (dépression sur le sol tapissée d'herbes, de feuilles et de plumes) au centre du territoire du mâle, à l'abri d'arbustes. Elle pond entre 5 à 14 (généralement 7 à 10) oeufs de 43 mm de longueur et de couleur jaunâtre avec plusieurs points et taches brun foncé. L'éclosion survient après 19 à 26 jours d'incubation par la mère. Les jeunes, très développés, quittent le nid après moins de 24 heures et peuvent faire de courts vols pour fuir les dangers à l'âge de 12 à 13 jours. La femelle et le mâle procurent ensemble les soins parentaux pendant 6 à 10 semaines.


 
Lapin à queue blanche

Autres noms communs :
Nom scientifique :
Nom commun anglais :
--
Sylvilagus floridanus
Eastern Cottontail

Identification
Taille moyenne : 38 à 49 cm (1,1 à 1,5 kg). Les femelles sont légèrement plus grosses que les mâles.
Coloration : Pelage brun grisâtre (toute l'année); nuque brun cannelle; abdomen blanc; queue brune sur le dessus et blanche dessous (seul le dessous est visible lorsqu'il court).
Traits externes caractéristiques : Oreilles (53 à 66 mm); pieds (80 à 108 mm).
Comment différencier le lapin à queue blanche, le lièvre d'Amérique et le lièvre arctique :
Le lapin à queue blanche a :
taille plus petite que les lièvres;
oreilles plus courtes que les lièvres;
pieds postérieurs plus courts que les lièvres;
pelage d'hiver brun grisâtre toute l'année;
bout des oreilles non noir;
queue brune sur le dessus et blanche dessous toute l'année.
Le lièvre d'Amérique a :
taille légèrement plus grosse que le lapin à queue blanche, mais plus petite que le lièvre arctique;
oreilles plus longues que le lapin à queue blanche, mais courtes pour un lièvre;
pieds postérieurs particulièrement longs pour sa taille;
pelage d'hiver blanc avec base des poils foncée;
bout des oreilles noir;
queue brune sur le dessus et blanche dessous en été; queue blanche en hiver.
Le lièvre arctique a :
taille plus grosse que le lièvre d'Amérique;
oreilles plus longues;

Terres boisées noires

Timberland nellie boots
propriedades de Timberland
timberland støvler til mænd i salg
black timberland støvler
zwarte vrouwen

Editions Terrenoire

vendredi 14 septembre 2012

Nouvelle collection Losers

Au printemps dernier nous nous sommes lancés dans un nouveau projet collectif : l'écriture d'une trentaine de nouvelles sur des thèmes de société, qui seraient publiés sous la forme de mini livres (7X5 cm.) Henri et Claire qui nous aidaient depuis le mois de juillet 2011 avaient crées avec nous une quarantaine de personnages au cours des mois de janvier-février 2011. Lorsque Aurélie et Coline nous ont rejoint, début mars, nous leur avons fait découvrir le projet, tout en les formant à la PAO.

L'équipe de printemps 2012 des éditions TerreNoire


jeudi 13 septembre 2012

Le manuscrit de la suite de Purulence est arrivée



 Comme vous le savez peut-être TerreNoire travaille de temps en temps pour la collection littéraire des éditions Ego Comme X. Il y a deux ans, nous avions supervisé l'édition du livre "Purulence" d'Amoreena Winkler, qui a eut du retentissement et a connu l'année dernière une édition italienne. La suite de ce livre, intitulée "La fille de chair", vient d'arriver et est en cours de lecture par Astrid et Lionel.

mercredi 12 septembre 2012

Couverture du livre "No Présent" #7 et fin.

 
 


 Ces quatre derniers essais sont ultérieurs et moins bon (un moment c'est l'image avec le Goldorak démonté qui avait été envisagé.)


 Pour clore sur ce livre, il a été en grande partie écrit à TerreNoire, avec la même approche que sur nos autres projets, et même si c'est un livre de Lionel Tran, nombreux sont ceux qui ont mis la main à la pâte avec leurs relectures (Astrid Toulon, Fabien Thévenoz, David Petitjean, Frederick Houdaer, Denis Bourgeois et HugoFerrante qui s'est également chargé des corrections), puis il est passé entre les mains de Brigitte Giraud qui est auteur et directrice de la collection La Forêt chez Stock ...qui l'a fait réécrire 7 fois. Sans tous ces regards extérieurs ce livre n'existerait pas.
Depuis plusieurs années nous évoquions l'idée de faire paraître des livres qui défendent les idées qui sont les nôtre. Parallèlement à "No Présent", d'autres projets sont en cours d'écriture.

mardi 11 septembre 2012

Couverture du livre "No Présent" #6


 


 
 

Quoi qu'il en soit, Lionel Tran chez Stock, ça donne ...du TerreNoire pur jus.

lundi 10 septembre 2012

Couverture "No Présent" #5


 
 

 

 

On se demande bien de quoi peut parler un livre avec une couverture comme ça...

dimanche 9 septembre 2012

Couverture "No Présent" #4


 
 
 

De très nombreux essais, donc, qui ont été réalisés par Terrenoire, comme vous pouvez vous en douter (les images ont toutes été prises à Marseille à l'Embobineuse  durant le tournage du documentaire "Couscous Subversif" coproduit par TerreNoire et le Dernier Cri.

Articles plus anciens Accueil

Archives du blog

  • ▼  2012 (23)
    • ▼  sept. (11)
      • Nouvelle collection Losers
      • L'équipe de printemps 2012 des éditions TerreNoire...
      • Le manuscrit de la suite de Purulence est arrivée
      • Couverture du livre "No Présent" #7 et fin.
      • Couverture du livre "No Présent" #6
      • Couverture "No Présent" #5
      • Couverture "No Présent" #4
      • Couverture "No Présent" #3
      • "No Présent" #2
      • Le retour du Blog Terrenoire
      • "No Présent"







Upcoming Events

xx/xx/xx:  Special Sale on all products from noon until 3:00 pm!

xx/xx/xx:  Mayor Bob will be on hand for the ribbon cutting ceremony marking the opening of our newest location!

xx/xx/xx:  More stuff!